Un peu d’histoire sur Ploumanac’h

Le port naturel de Ploumanac’h est un des plus protégés de la côte nord de Bretagne. Il est formé par la réunion des deux ruisseaux du Traouïero (le grand et le petit Traouïero). En 1861, les marins de Ploumanac’h sollicitent du ministère des Travaux publics, l’établissement d’une jetée pour permettre des communications entre les bateaux et la terre par tous temps. Le lieu choisi est Pen-an-Crec’h, où les rochers alentour sont utilisés à la construction d’une cale, destinée aux bateaux de pêche locaux.

Aujourd’hui, le port est relativement important car il possède 250 places sur bouées, ainsi que 150 places en échouage. Même en cas de très basse mer, il reste toujours un peu d’eau dans le port due à la présence d’un seuil à -2,55m. Une échelle de hauteur d’eau est affichée à l’entrée du port, qui permet de savoir si le passage du seuil est possible par rapport au tirant d’eau du bateau.

En saison, des navettes touristiques partent du port en direction des Sept-Îles.

Le moulin à marée en 2010

Le moulin à marée au milieu du xxe siècle

Deux moulins à marée (un moulin à glace et un moulin à blé (sur Trégastel)) séparent le port de la vallée des Traouïero, qui elle-même, sépare Ploumanac’h de Trégastel.

Le moulin de Ploumanac’h fonctionnait grâce au flux et au reflux de la marée et se trouve au bas de la vallée du Petit Traouïero. Il semble qu’un premier moulin ait fonctionné à cet endroit dès le xive siècle. C’est en 1833 qu’un nouveau moulin, comportant deux roues, l’a remplacé. En 1888, le bâtiment a été agrandi et couvert d’un toit en tuile rouge d’où son nom de Milin Ru (le moulin rouge en breton). À partir de 1892, le moulin a été utilisé pour fabriquer de la glace à l’aide d’une machine conçue par Pictet. Cette glace était utilisée pour la conservation des poissons ramenés par les pêcheurs de Ploumanac’h. En 1904 et les années suivantes, les habitants protestèrent contre la pose de clôtures sur la chaussée, qui en interdisait le passage. En 1919-20, le moulin arrête de fonctionner. En 1965, il fut question d’y construire une maison d’habitation, mais en 1968, le moulin était acheté par la commune. Les premiers travaux de rénovation sont conduits par l’architecte des bâtiments de France Bideau, avec un projet de musée, tout en conservant la toponymie originale. Cependant, les travaux ne furent pas poursuivis. La couverture, en chaume à l’origine, puis en tuiles rouges aux xixe et xxe siècles, est en ardoises depuis 1965. (Info Wikipédia).

Cet article a été publié dans Infos courses & Avis de course. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.